mardi 13 décembre 2011

Séance du 3 janvier 2012

Date et heure: mardi 3 janvier de 19h à 21h
Lieu: Paris 3-Centre Censier (13 rue de Santeuil) salle 21b( rdc).

Titre: De la distinction entre micro et macrosyntaxe : unité illocutoire, unité rectionelle, entassement
Auteurs: Paola Pietrandrea (Roma Tre et CNRS - Lattice), Sylvain Kahane (université Paris-Ouest, CNRS - MoDyCo)

Résumé:
L'annotation syntaxique d'un corpus de français parlé (ANR Rhapsodie) pose le problème de la segmentation des transcriptions en « énoncés ». Le travail pratique de découpage nous a amenés à considérer deux types d’unités — les unités rectionnelles (unités construites autour d’une tête, qui n’est syntaxiquement dépendante d’aucun élément de rang supérieur) et les unités illocutoires (portions de discours comportant un unique acte illocutoire, soit une assertion, soit une question, soit un ordre, soit une exclamation). Ces deux types d’unités obéissent à des principes d’organisation très différents pris en charge respectivement par la micro- et la macrosyntaxe. Ces deux dimensions possèdent une relative indépendance et aucun des deux niveaux n’englobe l’autre. La définition de l’unité rectionnelle a nécessité de prendre en compte la notion d’entassement (le dispositif syntaxique qui définit les listes) qui permet de rattacher des éléments (comme les reformulations, les disfluences, les réponses à une question partielle) qui ne sont pas régis ni microsyntaxiquement, ni macrosyntaxiquement et n’ont pourtant aucune autonomie syntaxique. Nous proposerons une typologie des entassements incluant une description des coordinations non relationnelles et des doubles formulations. Les deux unités d’analyse (unités rectionnelles et unités illocutoires) et les deux dispositifs de reliage – rection et entassement – permettent de décrire de manière simple des phénomènes complexes comme les questions-réponses, l’instanciation, le discours rapporté, la greffe, le parallélisme entre énoncés ou encore les énoncés discontinus.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire