mardi 1 juin 2010

Séance parallèle du 25 juin à 14h par Sylvain et René

Date : vendredi 25 juin, 14 heures

Lieu : Université de Paris 10, Nanterre la Défense, bâtiment A, salle 407, dans le cadre du groupe de travail LMS (MoDyCo)

Titre : Prédication et référence en nahuatl classique

Sylvain Kahane (MoDyCo), René-Joseph Lavie (MoDyCo)

Le nahuatl classique est la langue des Aztèques dans l'état où l'ont trouvée les Espagnols. S'ils ne portent pas les marques de TAM propres aux verbes, les noms y sont des prédicats possibles, et d'autres parties du discours aussi, ce que Launey nomme 'omniprédicativité'. Cette langue a ainsi le problème fonctionnel d'avoir, dans une prédication, à faire reconnaître le constituant en position de prédicat. Nous exposerons les principales données morphologiques et syntaxiques qui le montrent.

Un marqueur in fonctionne (a) comme individuant un prédicable, le rendant ainsi argument d'un autre prédicat, (b) comme complémenteur ou conjonction de subordination et (c) comme déictique. Launey unifie bien les fonctions (a) et (b) mais pas (c). Nous suggérerons un moyen de subsumer les trois mécanismes instruits par in et en développerons les conséquences sur ce que cette langue suggère en matière de construction de la référence.

La polyfonctionnalité de in sera contrastée avec d'autres faits dans des langues africaines, dans un dialecte eskimo-aléoute et dans le groupe indo-européen. Des corrélations intéressantes se trouvent notamment entre le nahuatl et le latin.

Launey, Michel (1994) Une grammaire omniprédicative, essai sur la morphosyntaxe du nahuatl classique, Paris, CNRS Editions.

Launey, Michel (1995) Introduction à la langue et à la littérature aztèques, t. 1 : Grammaire, Paris, l'Harmattan.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire